Vous avez une bonne hygiène de vie?

Grande question. C’est important pour vous d’avoir une bonne hygiène de vie?

Est-ce que vous répondez oui à tout ceci?

  • Vous vous brossez les dents après chaque repas (ou au moins deux fois par jour!).
  • Vous mangez bien.
  • Vous buvez de l’eau.
  • Vous vous lavez.
  • Vous dormez 7 heures par nuit (quand tout va bien!).
  • Vous faites de l’exercice à quelques reprises chaque semaine (même si c’est de la marche, ça compte).
  • Vous prenez un peu de temps de loisirs.
  • Vous voyez des amis.
  • Vous prenez des vacances.
  • Vous riez de bon cœur plusieurs minutes par jour.

Vous avez dit OUI à tout ça?  Vous avez dit NON à un élément ou plus?  Alors il manque sérieusement quelque chose pour que vous ayez une bonne hygiène de vie. Et je suis prête à parier que ce qui manque, c’est le RIRE!

Je me trompe?

Quand on connaît tous les bienfaits d’un bon rire énergique (le genre qui fait bouger le ventre et qui est sonore), on se demande pourquoi on ne se permet pas de le faire assidument et quotidiennement!

Pourquoi on ne rit pas plus?

Parce que nous, les adultes, sommes dans notre tête!  et notre tête est pleine de soucis, de responsabilités, d’idées de performance, etc. Et quand la tête est pleine de « choses sérieuses et importantes », le sens de l’humour n’a pas de place pour s’amuser.

C’est pour ça que j’aime autant le yoga du rire. Parce que ça me permet de garder une bonne hygiène de vie et de rire à volonté même lorsque mon cerveau de grande personne est occupé à régler des problèmes de grande personne!! HAHAHA!

Une expérience

Vous voulez faire une expérience avec moi?

Je vous propose de faire l’exercice de cette vidéo d’une petite minute avec moi. Juste une minute de votre temps.

Et dites-moi si vous avez réussi – mais pour réussir, vous devez VOULOIR rire!

Dites-moi surtout comment vous vous sentez APRÈS coup.

Allez. Une minute. C’est parti!

Rire, joie et santé

Linda

 

5K abonnés, ça se célèbre!

La chaîne YouTube de l’École du yoga du rire a dépassé la barre des 5K abonnés il y a quelques semaines!

5,000 personnes qui se sont abonnées à nos vidéos et à nos messages d’inspiration. C’est formidable!

Quand je parle de l’effet de propagation du rire, les ronds dans l’eau, imaginez à quel point 5 000 personnes qui sont contaminées par le virus du rire peuvent propager à leur tour la joie et la bonne humeur autour d’elles!

Depuis quelques semaines aussi, vous avez peut-être remarqué que nous avons ajouté des courtes vidéos – courtes comme dans une minute! Ce sont les vidéos qui se retrouvent sur TikTok. Si vous regardez cette vidéo, je vous explique ce que je fais sur cette plateforme. Et à quel point ça me fait sortir de ma zone de confort!

Mais là n’est pas le propos.

Ce qui me fait le plus plaisir, c’est de lire les commentaires des personnes qui ont regardé les vidéos. De recevoir des courriels des quatre coins du monde. De lire que les vidéos, les messages, les réflexions que j’ai partagées avec vous ont fait du bien, ont aidé à traverser des moments difficiles, à surmonter des épreuves avec le cœur un peu plus léger. Et c’est ÇA ma récompense!

Vous aimeriez que je fasse une vidéo spéciale ou sur un thème en particulier?  Écrivez-moi pour me le dire.

Et en attendant, je me permet un horaire allégé pour les semaines qui viennent. Histoire de prendre mon élan pour l’année devant nous, reprendre mon souffle et retrouver une énergie souriante (pas que celle que j’ai en ce moment n’est pas souriante. Mais, c’est toujours bon de faire le vide et faire le plein! Et il y a longtemps que je n’ai pas pu le faire!).

Je lirai vos messages avec intérêt et vous répondrai dès que possible.

Et je nous souhaite du beau temps pour jouer dehors, de la pluie pour relaxer en dedans et faire pousser les fleurs (et pour remplir les bassins d’eau douce qui en ont besoin), de la musique pour nous faire danser, des rencontres pour nous faire partager et échanger… et du rire plein les yeux pour tout tout tout!

Rire, joie et santé

Linda

Rire en mode hybride

Il y a dix ans, nous n’aurions pas utilisé l’expression « mode hybride » pour les séances de yoga du rire!

Et pourtant, c’est ce qui se passe en ce moment avec plusieurs des groupes avec qui je travaille.

La formule hybride est pratique lorsqu’une partie du groupe ne peut pas se déplacer ou se réunir. Elle est alors virtuelle pendant que les autres sont physiquement ensemble.

J’ai constaté que ça me demande un peu plus de concentration!  Pourquoi? Parce que je suis habituée de placer mon attention sur les personnes qui sont devant moi dans la salle OU de surveiller mon écran lorsque je travaille en ligne.

Mais de présenter, démontrer, faire les exercices… en regardant les personnes dans la salle ET en regardant à l’occasion la caméra pour m’adresser aux personnes « invisibles »? Je décrirais ça comme un petit défi! Pourquoi? (Encore cette question!) parce que je ne dois négliger personne.

Vous me direz, « Mais Linda! Tu peux faire le rire de soi pour rire de ton erreur lorsqu’elle se produit » et vous avez bien raison!

Leçon de vie

Hier, j’offrais justement une conférence/atelier lors d’un congrès à Ottawa. La dernière fois qu’on m’avait invitée à présenter à ce même groupe, c’était en 2019 et ils étaient près de 1000 participants inscrits. Dans ma salle à moi, nous étions certainement entre 200 et 250. L’énergie de ce groupe était formidable! Et parce que j’étais allée remplacer à pied levé un conférencier qui avait un empêchement de dernière minute, les gens ne s’attendaient pas du tout à faire ce que je leur ai fait faire! (À ce jour, je souris à cette pensée!)

Cette année, après plus de deux ans d’attente, les organisateurs ont concocté un programme en personne. J’étais à l’horaire dans le cadre de la gestion du stress. Rire, c’est bien connu, ça déstresse!

À mon arrivée, les responsables de l’accueil des intervenants m’ont remis mon matériel « de travail » et indiqué la salle où j’allais travailler. On m’a aussi rappelé qu’une partie des participants sera en mode virtuel – une caméra captait ma présentation pour que les gens à distance puissent aussi participer. Personne ne semblait trop déçu du nombre d’inscriptions – moins de la moitié d’inscrits par rapport aux dernières années.

Ce n’est pas le nombre qui compte

J’avoue que j’avais peu d’attentes quant au nombre de participants qui viendraient à ma présentation car le contenu technique et sérieux qui était offert en même temps me semblait fort intéressant!

Je me suis donc retrouvée avec quelques 30 personnes dans ma grande salle, lumière légèrement tamisée, deux gros « spots » aveuglants dans les yeux et une caméra directement en face de moi.

Malgré le fait que « je ne pouvais pas la manquer » (la caméra), j’ai réalisé après quelques minutes d’exercices de rire que j’avais peut-être un peu « négligé » les participants qui étaient avec nous en ligne. Du moins, c’était ma perception!

Un peu comme lorsqu’on enregistre une entrevue vidéo ou qu’on fait de la télé. Après un moment, c’est comme si nous oublions la caméra qui est braquée sur nous!

Bref, je me suis assurée d’inclure les potentiels participants pour le reste du programme en m’adressant à eux « comme si je les voyais ».

Et nous avons bien rigolé, respiré… Les yeux brillaient et les participants ont quitté la salle avec le sourire et le cœur léger. Ceux qui était en ligne? Aucune idée.

On ne sait jamais…

Alors que je discutais avec une participante à la sortie de la salle, la personne qui m’avait été assignée comme « accompagnateur »  (que j’ai appelé mon « ange gardien ») s’est approchée de nous et m’annonce qu’ils étaient plus de 300 en ligne à participer avec nous! 300!! C’est encore plus nombreux qu’à mon dernier passage avec ce groupe!

Et ce matin, j’ai un message de l’organisatrice en chef qui me dit qu’elle reçoit beaucoup de feedback positif de la part des participants à distance!

Conclusion

La formule hybride a du bon et fonctionne bien pour toutes sortes d’événements et tous types de groupes.

La veille, j’offrais un programme de 30 minutes à un groupe en ligne et je voyais plusieurs personnes rassemblées dans un même local sur 5 des images à mon écran. Je sais que pour elles, ça devait être encore plus contagieux d’entendre (et de voir) les rires des collègues rassemblés.

Ah vraiment.  Je n’aurais vraiment pas cru que ça aurait été possible d’offrir mes programmes en mode hybride il y a quelques années. (Enfin… oui j’aurais sans doute pensé pourquoi pas?) Pourtant, ça fonctionne très bien!

Suggestion pour vous

Je vous encourage à essayer de sortir des sentiers battus. Il n’y a pas qu’une seule manière de faire les choses!  Je le vois chaque jour!

Prenez une route différente pour rentrer à la maison ce soir! Modifiez quelque chose à votre routine habituelle.

Essayez!

Rire, joie et santé

Linda

p.s. Je me fais continuellement sortir de ma zone de confort en ce moment. Sur les conseils de Starlight – ma bras droit formidable – je me suis lancée sur TikTok (lindahahasister). J’ai aussi commencé à ajouter des « short video » sur la chaîne YouTube de l’École. Voici la dernière! Vous riez avec moi?

 

 

Pas envie de rire?

Pas trop envie de rire?

Je vous comprends. Vous n’êtes pas seul.

Ça m’arrive à moi aussi imaginez donc!

Mon constat

J’ai constaté un truc. On dirait que moins on rit, moins on a ENVIE de le faire.

« Nan… c’est pas drôle… Nan… j’ai pas le coeur à rire… »

Je visitais mes parents la semaine dernière et je me suis attardée à regarder la télé avec eux. À trois reprises, pendant que je regardais leurs émissions télé,  je me suis retrouvée en train de dire à voix haute « Je n’en peux plus de ressentir ce stress, cette impuissance ou cette colère! Et ce n’est même pas RÉEL ce qui  provoque ces émotions alors je vais lire pendant que vous regardez votre émission ».

J’avais constaté que je ne respirais plus. Mes mâchoires étaient serrées. Je me sentais tantôt en colère, tantôt impuissante devant les injustices subies par les personnages (racisme, maltraitance) et ces émotions m’envahissaient alors que je regardais une FICTION.

Les actualités et journaux nous mettent en plein visage des situations bien réelles qui provoquent ces mêmes émotions – et nous ne savons pas trop ce qui se produira « dans la vraie vie ». Ça mérite de nous inquiéter pour vrai!

Ce n’est déjà pas facile en ce moment de trouver le « goût » de rire. Même moi qui m’entraîne pourtant, j’éprouve parfois de la difficulté.

Que puis-je faire docteur?

Ah la grande question!

Si j’étais médecin, voici ce que je prescrirais aux personnes qui me poseraient cette question.

  1. Éteignez la télé!
  2. Allez prendre l’air et bougez.
  3. Entreprenez de réaliser quelque chose, un ouvrage qui vous fait du bien (dans mon cas, je tricote, je cuisine et je dessine!)
  4. Appelez une personne qui vous fait rire.
  5. Mangez des aliments santé.
  6. Faites des exercices de cohérence cardiaque (J’ai une EXCELLENTE App pour m’y aider RESPIRELAX+)
  7. Sortez vos bandes dessinées et lisez-les avant de vous mettre au lit (Les bibliothèques publiques sont là pour vous!  Perso, j’adore Calvin & Hobbes, Lucky Luke, Achille Talon)
  8. Abonnez-vous à des balados souriantes. Par exemple, L’Élément JOIE (sur toutes les plateformes de diffusion)
  9. RIEZ PLUS!!!  Essayez de rire UNE MINUTE plusieurs fois par jour. UNE MINUTE CHAQUE FOIS.  AU MOINS! (et pour ça aussi j’ai une EXCELLENTE App pour m’y aider  Apple et Google

Et si vous avez besoin d’un peu d’aide pour y arriver, il y a toujours l’équipe d’Urgence Rire qui est fidèle au poste, 7 jours sur 7! Profitez-en pendant que nous sommes encore là pour vous. Et c’est gratuit!

Imprimez la prescription. Placez-la bien à la vue pour ne pas l’oublier. et surtout METTEZ QUELQUE CHOSE EN APPLICATION.

Bon, je sors marcher.

À GO on bouge!

GO!

Linda

Allez, j’vous mets le petit visuel ici aussi. Juste pour vous aider.

Ce que votre médecin pourrait vous prescrire

 

 

Bon anniversaire yoga du rire!

Le yoga du rire a 27 ans!

Aujourd’hui, 13 mars 2022, c’est l’anniversaire du yoga du rire.

Rire pour sa santé

Selon la légende, Dr Madan Kataria, il aurait eu cette idée un peu saugrenue, le matin du 13 mars, d’inviter des passants qui déambulaient dans un parc public de Mumbai à se joindre à lui pour rire pendant quelques minutes en commençant la journée. Il se serait donc retrouvé avec 4 autres personnes pour rire. Rire pour éliminer du stress principalement.

Et ce qui est devenu le premier club de rire a commencé par des personnes qui racontaient des blagues pour déclencher le rire bienfaisant.

Après quelques semaines, ils sont passés au rire simulé et physique. Et c’est là que les exercices de yoga du rire ont commencé à être créés.

27 ans plus tard, ça continue

Ce qui est certain, c’est que, ce que nous pratiquons comme méthode aujourd’hui, 27 ans plus tard, c’est quelque chose qui a pris forme dans un parc de Mumbai avec un petit groupe de personnes qui ont CHOISI et DÉCIDÉ de rire au quotidien. Choisi et décidé de rire, respirer, socialiser et prendre soin d’eux.

Pensez-y. Commencer sa journée avec le sourire aux lèvres et le cœur plus léger! C’est formidable ça!

Et ça prenait quelqu’un qui y CROYAIT.

Le yoga du rire a 27 ans!

27 ans plus tard, on ne compte plus le nombre d’adeptes à travers le monde. Des gens de toutes les races, de toutes les nationalités, de toutes les langues et cultures, pratiquent à leur plus grand bonheur, des exercices de rire intentionnel.

Bien sûr, il y a parfois ce que j’appellerais des « ajouts » à la méthode elle-même. La séance peut avoir des « couleurs et des saveurs » différentes.  Selon l’animateur, il peut y avoir jeux, danse, chants.

Les miennes sont plus traditionnelles et ne font jamais appel au mental. Apprendre des paroles et des mouvements de chorégraphie exige de mémoriser, donc d’utiliser son mental et ça je ne le fais pas.

Peu importe, car l‘intention reste partout la même: rire pour sa santé physique, émotionnelle, mentale et j’ajouterai, relationnelle et spirituelle.

Bon 27e anniversaire à la méthode! Et merci à ses fondateurs, Madan et Madhuri Kataria!

Rire, joie et santé

Linda

p.s. Vous aimeriez essayer de mettre en pratique quelques exercices? Venez ici

p.p.s. Vous savez que nous avons plusieurs vidéos dans la section MÉDIA de notre site?

 

 

 

 

Quand tu es fière de toi…

HA! Être fier de soi. Ça vous arrive souvent?

Je clôturais l’une de mes conférences lors du Sommet de la Bonne Humeur sur une citation qui disait en gros que nous passons bien souvent des semaines à penser à ce qui est difficile dans notre vie mais nous ne célébrons ce qui est formidable que pendant une heure.

C’est vrai. J’ai moi aussi tendance à m’éterniser sur ce qui va moins bien.

Je viens de vivre un truc qui me fait réfléchir à ça justement.

Aujourd’hui, je me sentais fatiguée et pas particulièrement joyeuse. Ça arrive. J’accueille et je fais preuve de bienveillance à mon égard quand c’est le cas. Je sais que c’est TEMPORAIRE.

Mon espace de lumière n’est pas spécialement sur l’administration et la création sur le web. Je laisse habituellement ça à ceux et celles qui ont ce talent. Je suis minutieuse. J’ai des idées. Mais pour le détail et la finition? Pas de patience pour ça. J’allais dire que je n’ai pas d’imagination non plus mais ce n’est pas le cas. Je suis plutôt ignorante. Et quand on ne connait pas toutes les possibilités de quelque chose, on l’utilise au minimum n’est ce pas? Bingo!

Bref, j’essayais de résoudre un petit problème technique pour les abonnements à nos infolettres. Depuis une semaine, une personne me disait qu’elle tentait de s’inscrire sans succès. En plus, elle voulait vraiment recevoir les deux cadeaux qui viennent avec l’abonnement (une infographie et un audio). J’avais beau essayer de toutes sortes de manières, rien à faire. Je ne comprenais rien.

Pas de panique.

J’ai donc fait appel à Michael, mon formidable expert, qui a pris du temps pour réparer ce qui semblait ne pas fonctionner. Il en a profité pour activer la double option pour les inscriptions. Plus sécuritaire selon lui.

Sauf que, ce faisant, quand j’ai tenté d’ajouter mon adresse pour tester, j’ai reçu un message d’accueil en anglais. Je n’aime vraiment pas ce genre de situation. Alors j’ai fouillé pendant un bon moment pour trouver l’endroit où je pourrais modifier ce formulaire! En vain!

La beauté avec tous ces outils et programmes en ligne, c’est que lorsque nous payons pour les utiliser, ils offrent habituellement un soutien efficace. C’est le cas avec ce fournisseur. J’ai donc enclenché un processus de conversation avec une certaine Esméralda et lui ai posé ma question. Elle a pris le temps de m’écrire un long paragraphe m’expliquant en détail ce que je devais faire. Mais moi, j’ai un peu paniqué! Je lui ai demandé de rester quelques instants avec moi pour « me tenir la main » pendant que j’essayais de corriger la situation. Ce qu’elle a fait.

Euréka! Après quelques minutes, le mystère était résolu et le formulaire était traduit en français. Alléluia!  Merci Esmeralda et bonne soirée.

Ça ne s’est pas arrêté là!

En voulant quitter le formulaire, mon doigt a effleuré une touche qui m’a amenée quelque part de « magique »! J’ai découvert l’endroit d’où je pouvais modifier le visuel et rendre tout ça (somme toute très ennuyant et pas chaleureux du tout) plus à l’image de l’École du yoga du rire, donc plus coloré et vivant!

OUI!!!

Et j’ai modifié l’entête de ces formulaires!

Le sentiment de fierté que j’ai ressenti les amis!...  Tout ça parce que je venais d’apprendre quelque chose dont je ne soupçonnais pas l’existence! Et j’ai fait ça « par erreur »!  Toute seule!

Vous auriez vu mon dos se redresser, mon sourire s’élargir, mes yeux briller!  La fierté a changé mon énergie du moment!

À tel point, que j’ai choisi de venir partager tout ça avec vous. Pour faire durer un peu plus longtemps mon sentiment de fierté. Pour l’immortaliser! hahahaha!

Alors, je vous lance un petit défi. Qu’est-ce que vous pourriez faire pour vous sentir fière/fier de vous maintenant? Une petite ou une grande chose. Essayer une recette avec des ingrédients que vous ne connaissez pas? Marcher un peu plus loin que d’habitude? Apprendre les paroles d’une chanson dans une langue étrangère? Compléter une tâche qui vous pèse un peu depuis un moment?

ESSAYEZ!  Tout simplement!

et donnez-moi des nouvelles de votre état d’esprit une fois que vous aurez réussi!

Moi je vais continuer à célébrer cette petite victoire sur mon « incompétence »!

WOOHOO!!! Tape sur l’épaule et allégresse.

Rire, joie et santé

Linda

P.S. Même si vous avez manqué les 17 conférences du Sommet de la Bonne Humeur en direct, vous pouvez maintenant toutes les visionner à votre rythme en vous abonnant à Planète Joie!

Le Sommet de la Bonne Humeur!

Commencez l’année en faisant quelque chose pour VOUS!

Besoin de changer des choses? D’alléger votre vie? D’alimenter votre être de quelque chose de bienveillant, de souriant, de bienfaisant?

Le Sommet de la Bonne Humeur c’est du pratico-pratique, du ludique, du concret. Pour découvrir quels outils vous aident à mettre de la légèreté dans votre vie.

Une dose quotidienne de « moral booster » et d’inspiration.

Chaque jour, deux experts vous éclaireront et partageront – en direct avec vous – un outil différent.

Vous éprouverez beaucoup de plaisir à découvrir chaque jour qu’il existe une aussi grande source de petits moment qui changent l’humeur pour le mieux!

Du 21 au 29 janvier 2022, deux conférences/ateliers chaque jour.

17 intervenants internationaux pour vous inspirer.

Huit jours pour prendre le temps de mettre en pratique des ressources « bonne humeur ».

Une idée de ce qui sera présenté?

  • Qu’est-ce qu’il y a dans ma trousse bonne humeur (Linda Leclerc)
  • La voix de la bonne humeur / un enchantement de soi (William Herremy)
  • Être ou ne pas être, là est la question (Jean-Christophe Seznec)
  • Les aliments bonne humeur et recettes santé (Julie Barbeau Capruciu)
  • La puissance du coeur / NeuroJoy (Antoinette Layoun)
  • La cohérence cardiaque: la génération du bien-être à partir du coeur (Guy Lacroix)
  • Mandala de la joie (Guylaine Leblanc)
  • Les clefs positives pour se révéler (Justine Chabane)
  • Jouer pour rire et grandir (Sébastien Gendry)
  • Le Défi optimiste (Rosanna Bruzzone)
  • L’émerveillement: mettons des étoiles dans les yeux des petits et des grands! (Élise Mareuil)
  • Programmer la bonne humeur avec la PNL et l’hypnose humaniste (Sonia Dumont)
  • Réactif vs proactif: la physiologie de l’humeur et BrainGym (Lisa Marcovici)
  • Remettre du jeu dans sa vie (Julien Peschot)
  • Méditation de la joie (Corinne Cosseron)
  • Prenons les choses en riant (Linda Leclerc)
  • Extasy Dance Bonne Humeur (Nat Barrera)

Et tout ça commence par une conférence « pré-événement » GRATUITE le 18 janvier, En route vers la bonne humeur (William et Catherine Herremy et Linda Leclerc)

Toutes les informations sont sur le site du Sommet

Des pépites d’inspiration à chaque minute!!!  Voilà ce qui nous attend!

L’épuisement professionnel, ça vous dit quelque chose?

L’épuisement professionnel, ça vous dit quelque chose? Pour m’être retrouvée au bord de l’épuisement il y a quelques années, je sais de quoi je parle!

De nombreux facteurs conduisent à l’épuisement professionnel, mais le stress permanent à long terme en est certainement le principal responsable.

Pendant la pandémie, les cas d’épuisement professionnel ont augmenté, ce qui est en partie dû au fait que les gens travaillent de plus longues heures tout en travaillant à domicile et en étant encore plus stressés que la normale.  Dans mes conférences en ce moment, je suggère même aux participants de s’accorder un point bonis pour le niveau de stress ressenti.

Alors, que pouvez-vous faire pour éviter le burnout ?

L’une des choses les plus simples et les plus faciles à faire est de prendre plus de pauses.

Non seulement cela améliorera votre santé mentale et réduira les risques d’épuisement professionnel, mais vous améliorerez également votre productivité. En bout de ligne, vous ferez plus de choses, car des pauses régulières amélioreront votre concentration. Cela signifie que vous pourrez travailler moins d’heures, ce qui vous aidera à prévenir encore davantage l’épuisement professionnel.

Une étude réalisée par Owl Labs en 2020 a montré que les personnes travaillant à domicile travaillaient en moyenne 26 heures de plus par mois, soit près d’un jour supplémentaire par semaine. 26 heure de PLUS!!!

Même si le travail à domicile présente de nombreux avantages, il fait quelque chose d’étrange à notre façon de penser. Nous nous sentons coupables de faire des pauses alors que nous pensons que nous devrions travailler. Alors souvent nous ne le faisons pas et nous nous contentons d’avancer.

Malheureusement, le fait de ne pas faire de pauses ne vous fait pas gagner du temps à long terme. Au contraire, votre productivité diminue au fur et à mesure que votre cerveau s’épuise, ce qui vous fait ralentir, perdre votre concentration et commettre de plus en plus d’erreurs.

La bonne nouvelle est que vos pauses n’ont pas besoin d’être longues pour être bénéfiques. Quelques minutes de pause peuvent faire une énorme différence dans votre état d’esprit et votre capacité à vous concentrer plus longtemps.

Dans l’ensemble, vous aurez besoin d’un bon mélange de pauses plus longues et plus courtes pour un bénéfice optimal. Cela inclut une vraie pause déjeuner, une bonne nuit de repos avec une soirée de détente, des week-ends et des vacances pour vous débrancher complètement et vous ressourcer.

Comment tirer le meilleur parti de vos pauses

  • Inscrivez vos pauses dans votre agenda. Prévoyez vous mettre des alarmes pour ne pas « passer tout droit ». Vous aurez ainsi plus de chances de les respecter. Notez également ce que vous allez faire pendant votre pause, par exemple vous promener ou lire un livre ou rejoindre un groupe de rieurs sur URGENCE RIRE pour des pauses énergisantes et relaxantes de 10-15 minutes. Votre cerveau sera oxygéné, vous vous sentirez plus détendu et continuerez votre travail avec une énergie souriante.
  • Choisissez une activité qui vous éloigne de votre travail. Ne l’utilisez pas pour consulter vos e-mails ou les médias sociaux. Non. Faites autre chose.  Comme RIRE par exemple!

La plupart des gens ne parviennent pas à se concentrer pendant plus de 90 minutes d’affilée, ce qui correspond à la fréquence à laquelle vous aurez besoin d’une mini-pause. Vous remarquerez que vous avez besoin d’une pause lorsque votre esprit commence à vagabonder, que vous commencez à procrastiner ou que vous faites plus d’erreurs.

Continueriez-vous pas à conduire votre voiture si le moteur commençait à surchauffer.

HA! Vous feriez une pause pour la laisser refroidir. Ne traitez pas votre corps plus mal que vous ne le feriez avec votre voiture !

Mâchoires serrées? C’est le moment de se détendre un peu!

Pour recevoir les bonnes nouvelles et les pépites d’inspirations, vous pouvez vous inscrire à l’infolettre de l’École du yoga du rire.

Vous aurez des munitions pour vous inspirer à sourire et à prendre soin de vous!

Rire, joie et santé

Linda

Finir sa journée sur une note positive

Je ne sais pas pour vous, mais j’aime beaucoup finir ma journée de travail sur une note positive. J’ai pensé partager avec vous ce que je fais pour vous donner des idées!

Voici ce que je mets au menu.

  1. Terminer la journée sur un bref appel téléphonique pour prendre des nouvelles de quelqu’un – un client, un collègue, un ami – simplement pour dire que je pense à eux. Ça les fait toujours sourire et ça nous fait du bien à tous les deux.
  2. Envoyer un courriel qui dit « Merci » à quelqu’un. C’est un rituel qui fait du bien.
  3. Prendre les 10 dernières minutes pour entreprendre une tâche que nous reportons, c’est comme si on prend la première petite bouchée d’éléphant avant le lendemain. Et un éléphant, on mange ça une petite bouchée à la fois, vous le savez bien!
  4. Ranger sa surface de travail pour trouver un espace accueillant le lendemain matin.
  5. Accomplir une dernière tâche sur sa liste de choses à faire nous donnera un sentiment d’avoir accompli quelque chose.
  6. Noter les choses à faire la journée suivante. C’est une excellente manière de désembourber son esprit et nous aider à être plus concentré le lendemain.
  7. Méditer quelques minutes. De très nombreuses applications peuvent aider. Oui, ça demande un peu de pratique mais les bienfaits sont énormes pour nous permettre de réduire notre stress. Pas envie de méditer? Alors prendre une série de respirations (cohérence cardiaque) en souriant largement.
  8. La recherche démontre que le simple fait d’accomplir le même rituel pour terminer sa journée de travail devint une manière de fermer la boutique et passer à autre chose. Éteindre les lampes, ranger son bureau…
  9. Prendre un moment pour repenser à ce qui s’est bien passé, noter 3 choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants, les petits succès. Plus la journée s’est mal passée et plus ce rituel est important!
  10. Faire quelque chose de rigolo, danser, lever les bras au ciel et dire « WOOHOO!  La journée est terminée »

Et vous?  Que faites-vous pour marquer une pause entre le travail et la maison? Surtout en ce moment alors que plusieurs font du télétravail. C’est plus compliqué de « lâcher le travail » pendant qu’on est en route vers la maison – le temps de transport est souvent nul! Passer de l’espace bureau à l’espace famille ne prend qu’un instant. C’est d’autant plus important de planifier la transition souriante entre les deux.

Bonne soirée!

Rire, joie et santé

Linda

Un creux de vague, ça arrive à tout le monde

Un creux de vague, ça arrive à tout le monde. À moi aussi. J’en expérimente un en ce moment.

C’est certain que, faisant le métier que je fais, les gens ne s’attendent pas à ce que je traverse des creux. Ou du moins, ils s’attendent à …

« Mais voyons Linda!  Ris! Ça va aller mieux! »

Chaque fois que j’entends cette phrase, je grinche un peu des dents parce que, oui, rire permet de se sentir mieux et de traverser la tourmente en gardant le cœur plus léger certes.

Mais…

Les creux de vague sont là. On ne doit surtout pas les ignorer, les repousser, chercher à en sortir rapidement à tout prix. Ça ne réglerait rien. En plus, j’ai l’impression que ça empirerait même les choses parfois que d’essayer de fuir ou d’oublier.

Sans entrer dans les détails, la dernière année m’a fait vivre des choses vraiment intenses. J’ai accompagné une amie très chère dans les derniers mois de sa vie à Toronto et, j’ai été auprès d’elle jusqu’à la fin alors qu’elle a pu recevoir l’aide médicale à mourir. Des montagnes russes d’émotions. Un privilège d’être auprès de quelqu’un qui est dans ma vie depuis presque 30 ans, de célébrer ses accomplissements, d’être une présence aimante, souriante et rassurante pour elle, d’être témoin de sa générosité envers tant de personnes au cours de sa vie trop courte. De l’accompagner vers « le beau grand jamais vu« . Oui. Un privilège.

Un grand défi de garder le cap, de rester fidèle à mes engagements de yoga du rire (je fais les séances sur Urgence Rire 3 fois par semaine et sur RigoloZoom une fois par semaine) en plus de mes conférences et ateliers avec de nombreux groupes et équipes de travail. J’ai pourtant réussi. Ne me demandez pas comment! Pendant un an.

C’est en ce moment que « la chose me rattrape ». À tout tenir en équilibre pendant presqu’un an, mon corps me demande maintenant de ralentir et de prendre le temps de me bercer doucement. Alors j’écoute et je fais.  Sans chercher à faire comme si tout allait bien ni à courir après les solutions miracle qui feraient disparaitre le mal-être temporaire. Je reste présente et en pleine conscience.

Je vous partage tout ça car je suis persuadée que vous vous reconnaîtrez peut-être dans ce que j’écris aujourd’hui.  Vous vivez aussi ces passages à vide qui se présentent parfois dans notre vie. Ces moments à ne pas trop se reconnaître. À vouloir tout bousculer pour que la sensation de mélancolie, de chagrin, de douleur, de morosité s’en aille et qu’elle soit remplacée par le calme, la sérénité, l’énergie et la bonne humeur. Nous voudrions que le soleil brille… en tout temps.

Et je trouve que l’expression « creux de la vague » est une très bonne représentation visuelle de ce qui se passe à l’intérieur de nous et de nos émotions.

Avez-vous déjà été sur une embarcation qui navigue sur une mer agitée (un lac ou des rapides)? Si vous n’avez jamais expérimenté la chose, vous avez certainement vu un film où l’on voit la mer qui se déchaîne, les vagues qui entourent le navire et forment une forteresse infranchissable avec des déferlantes qui peuvent atteindre 9 mètres de haut.  Les hauts et les bas de la vie.

Si vous avez déjà vécu une tempête en mer, vous vous souvenez probablement de la sensation du navire lorsqu’il est en haut de la vague et de celle lorsqu’il est au creux de la vague.  Même si nous avons un peu peur, nous SAVONS que nous ne resterons pas en haut, ni en bas de la vague! Que l’un comme l’autre sont des étapes et des cycles qui se suivent et qui PASSENT. Jusqu’à ce que la tempête se calme.

Nicole Bourget qui m’a enseigné à l’université nous martelait dans ses cours que « ce à quoi on résiste persiste ».

Alors aucune intention de résister en ce moment. Je me laisse aller toucher le fond de la vague car j’ai la certitude profonde que je vais remonter et surfer sur la crète de la prochaine!

Inutile de chercher à fuir la tempête. Elle est là… et elle est TEMPORAIRE.

Et c’est ce que je me répète depuis quelques semaines. Tout ceci est TEMPORAIRE.

Je vis ce que j’ai à vivre dans cette expérience et je SAIS que je ne suis pas « comme ça » pour toujours.  La preuve?  Je suis capable de vous en parler. En toute simplicité et transparence. Je suis capable de le faire parce que j’en ai la CERTITUDE! C’est TEMPORAIRE.

Gardons espoir.

Rire, joie et santé

Linda

p.s.: C’est aussi ce que le RIRE DE PLEURS nous enseigne.

p.p.s.: Je vous ai inséré des liens vers deux magnifiques chansons qui vont bien avec ce que j’écris ici. La première de Michel Rivard (Le beau grand jamais vu) et la seconde de mon amie Lucie Raîche (Un arbre à la terre)

p.p.p.s.: et pour être certaine de ne pas l’oublier, je me suis mis un rappel juste là, au coin de mon écran d’ordinateur!

p.p.p.p.s.: La chouette image est d’Amélie Montplaisir et elle s’appelle « Surfeuse sereine » J’ai la reproduction dans mon bureau! Surfer sur la vague…