Garder espoir

L’été dernier, je participais à un événement bien spécial. Le 60e anniversaire de fondation du Camp Claret du Lac Elgin.

Cette colonie de vacances a été fondée par un Père Clarétain, un jeune prêtre arrivé de l’Espagne avec une vision et une mission. Le Père Carmel Lerma.

À l’adolescence, j’ai eu la chance d’être campeuse dans cet endroit paradisiaque pendant 5 étés. La première année pendant 2 semaines et les années subséquentes, c’est tout l’été que j’y passais. Parce que mon père, professeur d’arts plastiques à l’école secondaire, avait été recruté par le Père Carmel à titre de coordonnateur.

Papa était alors en charge de la programmation des activités de tous les campeurs et toute la famille était au Lac Elgin pour l’été. Mon frère Luc et moi comme campeurs. Maman et mon frère Éric (trop jeune au début) au chalet.

L’été dernier, en 2023, en prévision de cette célébration, l’équipe qui organisait l’événement avait demandé aux invités de raconter un événement marquant de leur expérience au Camp.

Voici ce que j’ai envoyé.

*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_

En quelle année environ s’est passé votre moment fort?  Oh je ne me souviens pas trop mais je pense que c’était en 1972.

J’étais campeuse à ce moment dans le groupe des Claire-Nature et papa était coordonnateur.

Mon moment fort

Nous étions parties en excursion au Mont Ham. Le temps était couvert et nous avons grimpé la montagne en après-midi. Le soir venu, nous dormions à la belle étoile, nous devions nous relayer pour garder le feu « vivant » afin d’éloigner les animaux, mais, curieusement, au petit matin quand le soleil nous a réveillées, le feu était éteint…  MAIS ce qui s’est présenté à mon regard a changé ma perception des choses pour toujours.

Il était très tôt et le soleil brillait fort dans le ciel, sur la montagne. En me redressant un peu, voici ce que j’ai vu. Le sommet du Mont Ham était « coupé » du reste du monde – un « tapis » de nuages s’étendait à perte de vue. Nous étions seules au monde sous le soleil éclatant!  C’était beau à couper le souffle. Je me souviens m’être émerveillée de ce que je voyais alors que mes amies campeuses semblaient trouver ça moins beau que moi!

Après avoir fermé bivouac, nous avons repris le sentier pour redescendre la montagne. Plus nous descendions, plus nous étions dans les nuages qui finalement sont devenus de la pluie une fois arrivées en bas.

Avant de retourner dans le minibus du Camp, je me souviens avoir regardé vers le ciel où on ne voyait pas du tout le sommet du Mont Ham (encore moins le soleil) et m’être dit que je ne devrais jamais oublier ce moment… car même si je ne le VOIS pas, le soleil brille quelque part.

Cette image m’accompagne encore. Je vous raconte ici et je la VOIS dans mon esprit!

Malgré les moments difficiles qui se présentent à nous dans la vie, le soleil brille quelque part… Alors garde espoir Linda!

Une expérience marquante

Ces images m’ont accompagnée toute ma vie depuis cet instant. Le soleil en haut des nuages.

Et je suis persuadée que ce que j’ai vécu en 1972 sur le haut de cette montagne, c’est ce qu’on appelle un moment de grâce. Le genre d’expérience qui transforme la perspective que nous avons des choses à tout jamais.

Si vous avez déjà pris l’avion un jour de pluie, vous savez ce que nous vivons quand l’avion dépasse la ligne de nuages.

Cette vision est aussi réelle que la pluie qui tombait sur la piste de décollage à votre départ!

Pluie au sol. Soleil plus haut!

Garde espoir (dites votre nom ici). Le soleil brille quelque part et si je m’élève au dessus de mes nuages, il est là.

Santé, rire et joie

Linda

Le regard des autres

Je n’oublierai jamais la première séance de yoga du rire où j’avais invitée une amie de Montréal.

Je n’oublierai pas non plus le regard affolé qu’elle avait pendant les exercices! C’était évident qu’elle se demandait dans quoi elle s’était « embarquée »! (Juste à y penser, je souris encore aujourd’hui)

Je venais de faire ma formation d’animatrice de yoga du rire au printemps 2003 et, j’étais ultra motivée à continuer à pratiquer mes exercices et déterminée à faire découvrir les bienfaits de la méthode à mes amies.

M (je l’appellerai M ici) avait accepté de m’accompagner pour une séance du club de rire de Montréal alors que j’étais de passage dans la ville, justement le jour où une rencontre avait lieu.

L’animateur commence la séance et le groupe se met en action avec les exercices.

Disons que son animation était différente de ce que j’avais pu expérimenter jusque là et je ne me sentais pas aussi confortable que lors de ma formation. Mais bon. J’étais là et je faisais.

C’est en voyant le regard affolé et perplexe de mon amie pendant que nous nous souhaitions la bienvenue en riant que je me suis vraiment mise à rire! Je SAVAIS tellement ce qu’elle était en train de penser!

Mais qu’est-ce que c’est ça? C’est insensé!

M a un beau sens de l’humour. C’est aussi une personne plutôt sérieuse. Si vous êtes familiers avec les types de personnalité en couleur, c’est une « bleue ».  Je la décrirais comme prudente et analytique. Ça ne veut pas dire qu’elle ne sait pas s’amuser mais ce programme de rire intentionnel la faisait sortir LOIN de sa zone de confort. TRÈS LOIN!

Le regard des autres

Je le constate dans les groupes avec qui je travaille. Une femme vient avec son partenaire de vie ou un ami. Ou encore des collègues de travail. La personne participe allégrement et rit de bon cœur pendant les exercices. Le partenaire, l’ami ou le collègue pas du tout. Et en plus, il ou elle regarde l’autre avec l’air de dire: « Tu m’en dois une toi!! »

Pas facile pour la personne qui constate que son invité ou collègue est en train de juger, a un regard réprobateur et éloquent.

J’en vois qui s’en amuse encore plus!

Un peu comme moi qui me suis mise à rire de plus belle en voyant à quel point mon amie ressemblait à un poisson hors de l’eau. Quand elle m’a vu pouffer de rire en constatant sa perplexité, elle s’est mise un peu à rire elle aussi. Elle savait que je savais!

Elle aurait très bien pu en être fâchée et penser que je riais d’elle. À bien y penser, ça pouvait ressembler à ça en effet. HAHA!

Ce qui s’est passé en fait, c’est que je la connais très bien et j’ai senti sa perplexité et son inconfort. Je savais!

Je m’en vais où avec tout ça?

HAHA! J’ai constaté au fil des années que rire intentionnellement, ce n’est sans doute pas possible pour tout le monde.

Même si physiquement ça l’est, le côté rationnel de certains est tellement fort qu’il empêche la personne de vivre pleinement l’expérience et de lâcher le mental.

Les grandes personnes responsables et sérieuses que nous devenons avec les années ont presque toutes un défi à ce niveau. Lâcher le mental pour rester dans l’expérience physique. Je le sais parce que je l’ai eu moi aussi ce défi.

De quoi j’ai l’air? Ce n’est pas drôle alors pourquoi je rirais? N’importe quoi…

C’est là que se donner la PERMISSION de faire quelque chose de différent est essentiel.

Le pire qui pourrait arriver?
  • Que nous ayons ri (même de rien) pendant quelques minutes.
  • Que nous nous sentions plus léger et moins stressé.
  • Que nous ayons pu tisser des liens positifs avec les personnes qui sont avec nous.
  • Que nous ayons pu être dans l’instant présent pendant un moment.
  • Que nous nous sentions libérés d’un poids.

Si c’est tout ça le pire, j’en veux du pire dans ma vie!

Personne ne peut juger ni évaluer qui que ce soit car tous font les exercices en même temps, au signal de la personne qui lance l’exercice. Nul n’est mis « sous le spot » car tous font la même chose, en même temps.

Je crois que c’est là que réside la beauté des séances de rire intentionnel pour les personnes qui auraient peur du jugement des autres. C’est impossible de juger quelqu’un alors que nous faisons la même chose qu’elle!

De rire tous en même temps « sur commande », ça a quelque chose de rassurant pour le mental qui pourrait être tenté de paniquer. HAHAHA! Rire rapproche.

Alors, la prochaine fois que vous surprendrez le regard d’une personne qui vous observe d’un air dubitatif et critique alors que vous riez intentionnellement, dites-vous simplement qu’il est possible qu’elle ne puisse pas lâcher son mental assez longtemps pour rire avec vous!

Et c’est très bien.

À chacun son choix.

J’ai fait le mien… Vous aussi?

Rire, joie et santé

Linda

P.S. Si j’avais arrêté de rire en voyant M ce jour-là parce que je me sentais jugée, vous ne liriez pas ceci aujourd’hui!

P.P.S. M est toujours mon amie! héhéhé!

 

Les trois principales réactions au stress

Je lisais l’infolettre de mon collègue Alain Samson ce matin alors que j’attendais en studio pour faire ma chronique télé à Ottawa.

Une phrase a particulièrement attiré mon attention. 

Il y cite Henri Laborit, médecin, chirurgien et neurobiologie français qui s’est fait connaître par la vulgarisation des neurosciences.

Selon Henri Laborit, en situation de stress, les individus ont tendance à réagir de trois manières principales: la fuite, l’agressivité ou l’immobilisation.

Il dit aussi que, face à une menace ou un stress intense, l’immobilisation est la réponse la moins coûteuse en énergie pour l’organisme.

Mon expérience

J’ai observé que, selon la situation, je vais réagir de ces trois manières moi aussi. 

Par exemple, quand je regarde l’heure et que je suis légèrement juste dans le temps, j’ai tendance à vouloir fuir. Comme dans marcher plus vite, conduire plus rapidement, bouger plus. Donc ici, ce serait la fuite.

Dans d’autres circonstances, je « fige ». Incapable de parler, de remuer, de penser. Devant une nouvelle bouleversante par exemple. Un peu comme si tout s’arrêtait. Immobilisation.

Concernant la réaction d’agressivité, je suis persuadée qu’il vous vient plusieurs situations en tête où nous devenons carrément agressif et impatient. Mouvements plus brusques, mâchoires serrées, voix plus forte (ou plus aigue).

Toutes ces réactions sont dues au stress perçu. Fascinant.

Selon la situation, nous réagissons tous ainsi. Par la fuite, l’agressivité ou l’immobilisation.

Ainsi et aussi autrement. Je répète, ce sont les trois principales réactions! Ça signifie qu’il y en a d’autres.

Qu’est-ce que ça pourrait être?

Hum… je pense à mon envie de pleurer parfois quand c’est un peu trop. Ou à ce que quelques personnes me disent – elles sont prises d’un fou rire irrépressible alors qu’elles vivent quelque chose de très stressant.

Rire ou pleurer.

Deux réactions qui permettent d’évacuer un peu de la tension engendrée par la situation vécue. On ressent tout de suite une certaine libération après avoir ri comme après avoir pleuré. Et j’utilise les deux aussi!

L’idée n’est pas de se juger (ou de juger qui que ce soit) mais simplement d’observer que les humains réagissent tous de certaines manières et que nous avons beaucoup de réactions en commun.

Et ça, c’est intéressant!

Quelle est VOTRE réponse?

Fuite? agressivité? ou immobilisation? Rire? Larmes?

Bonne journée!
Rire, joie et santé

Linda

Calendrier de l’Avent en riant!

Un calendrier de l’Avent en riant? Oh que oui! Ça nous fera tous beaucoup de bien!

Ah… quand une idée s’insère dans notre esprit et qu’elle se matérialise rapidement et surtout aisément, c’est que c’est une bonne idée! C’est aussi que le temps est venu pour cette idée de venir au monde.

Il y a quelques semaines – à peine 3 semaines en fait – j’ai eu l’idée de créer un calendrier de l’Avent un peu spécial et particulièrement utile. Un calendrier où je serais en direct avec vous pour rire chaque jour, du 1er au 25 décembre inclusivement pour nous aider tous et toutes (je m’inclus dans le groupe!) à décompresser pour arriver aux Fêtes le cœur plus léger, plus détendu.es et plus souriant.es.

Je sais à quel point la pratique quotidienne du rire intentionnel peut aider. Je le sais parce que je l’applique! hahaha!

Malgré tout…

Je suis comme vous.

J’arrive bien souvent au 24 décembre « la langue à terre« , fatiguée, stressée, à la course… Je dois être sur la route pendant des heures pour me rendre à destination. Je veux que tout se passe bien dans ma famille, voir le plus de monde possible (j’habite à plusieurs heures de voiture de ma famille), passer du temps de qualité avec mes parents…

Clore mon année financière avant de partir, fermer tous les dossiers en cours, m’assurer que les paiements ont été faits et que « rien ne traîne ».

Je me prépare à partir dans ma famille avec un certain sentiment d’urgence. Ne rien oublier, ne rien laisser derrière (je serai à 4 heures de route), en planifier le plus possible (merci mes listes!). Et parce que j’ai une alimentation un peu différente, je dois aussi prévoir plusieurs menus à apporter.

C’est chaque année la même chose!

Pas envie de rire!

J’ai remarqué que c’est justement quand j’en ai le moins envie, que j’en ai le plus besoin!

À l’approche des fêtes, je propose donc à ceux et celles qui, comme moi, n’auront peut-être pas envie de rire (trop de choses dans le chosier comme le disait une amie) mais en auront grandement besoin, de me rejoindre quotidiennement pour 15 minutes de libération et de joie.

Libération! C’est pas un peu fort?

Oui libération. Et non c’est pas un peu fort. Parce que nous prendrons le temps de « secouer la poussière et le stress » à chaque début de programme pour pouvoir ensuite nous permettre de rire intentionnellement et faire le plein de bonne humeur.

15 minutes. C’est tout simple et c’est amplement pour recharger nos batteries avant de continuer (ou de terminer) notre journée. C’est surtout 15 minutes POUR SOI et pour faire le plein de bonnes énergies, de faire travailler nos zygomatiques qui seront mis à contribution pour rendre les préparatifs et les fêtes elles-mêmes plus souriantes et sereines.

La pratique quotidienne ça donne quoi?

Ça donne une HABITUDE. Ça change réellement les choses pour les rendre plus joyeuses et légères. Promis-promis!

J’ai même pensé aux personnes qui souhaiteraient offrir le calendrier en cadeau à des ami.es ou des parents! (cliquez sur le lien)

Et bien sûr, à ceux et celles qui auraient la bonne idée de faire le calendrier en équipe! Pour un groupe de 10 personnes, le tarif individuel passe à 25$. Pensez-y!  1$ par jour pour avoir le cœur léger, le visage souriant, plus de patience, de créativité, de tolérance!

Vous avez peur d’en manquer…

Mais non! n’ayez pas peur car je vais rendre les enregistrements disponibles pour 24 heures chaque jour. Vous ferez « avec moi » mais en rediffusion!

Croyez-moi, nous arriverons tous au 25 décembre avec une saine habitude bien ancrée pour traverser les dernières journées de l’année 2023… avec le sourire aux lèvres!

Vous me rejoignez pour votre le Calendrier de l’Avent en riant?

Je vous attendrai avec le sourire le 1er décembre prochain à midi, heure du Québec (18h FR)

Très hâte!

Rire, joie et santé

Linda

OH!  Et ce sera bilingue! Advent with Laughter!

P.S. Si l’idée de participer en équipe vous plaît, communiquez avec moi par courriel pour que je puisse organiser votre groupe! info@yogadurire.com

 

 

 

 

La vie comme le jeu de Solitaire

Le soir souvent, pour me « ramollir » et m’amener à dormir, ou encore quand je ne dors pas la nuit, je sors mon vieil iPod et je joue au Solitaire.

Ne me jugez pas et ne me dites pas que la lumière bleue empêche de dormir! HAHAHA! Pour moi qui place la luminosité au minimum, c’est tout le contraire.

Et je continue à le faire parce que ça m’empêche de PENSER. Vous savez le petit hamster qui roule dans notre tête? Eh bien, je l’occupe avec ce jeu.

Je déplace les cartes pour faire des suites et tente de faire le plus rapidement possible pour battre mes records. Sans forcer ni stresser.

J’ai déjà réussi de compléter les suites en 51 secondes!  51 SECONDES!

Sur le tableau de statistiques des 15 réussites les plus rapides, je vois que ma plus lente performance était à 57 secondes.

Pourquoi je vous dis cela?  Pas pour me vanter (quoi que, je me trouve plutôt efficace! HAHA) mais bien pour vous partager une réflexion qui m’est venue en fin de semaine alors que je complétais les suites en une minute et d’autres fois en plus de 2 minutes.

Le FLOW

Vous connaissez cette expression, être dans le flow?  Quand tout va sur des roulettes, que les astres sont alignés, que tout baigne.

Bref, quand tout ce qu’on fait fonctionne parfaitement. Le flow j’imaginerais ça comme une route fraichement asphaltée sur laquelle nous roulons et où il y a peu de voitures pour nous ralentir ou nous arrêter.  Ça roule et ça roule « doux ». Vous voyez l’image?

J’ai constaté que, les fois où je réussis à faire les suites en une minute ou moins, on dirait que rien ne me ralenti. Les cartes sont faciles à placer. Je VOIS rapidement ce qui est possible. Mon doigt est agile et se déplace rapidement sur l’écran tactile. Et surtout… Surtout, on dirait que je suis hors du temps.

Je suis toujours étonnée de voir le résultat obtenu car je perds la notion du temps. Cette minute elle me semble une éternité! J’ai alors l’impression que j’ai mis beaucoup plus de temps pour réaliser toutes les suites et puis je vois 58 secondes!

C’est fou n’est-ce pas?

Le temps

Vous en faites des choses qui semblent prendre beaucoup de temps alors qu’au final ce n’est pas du tout le cas?

Je me souviens qu’adolescente, j’avais tellement hâte d’avoir 18 ans… ou 21 ans. Et comme le temps passait lentement! HAHAHA!

La notion que nous avons du temps est bien étrange.

Lorsqu’on attend notre tour pour voir le médecin qui nous fait attendre, c’est long. Et le spectacle de notre artiste préféré ne dure jamais assez longtemps.

Ça vous arrive aussi de constater que le temps, c’est une notion bien étrange?

Je reviens à mon jeu de Solitaire…

Il m’arrive aussi de « reprendre » des déplacements, de refaire une opération. Vous pensez peut-être que je « triche » mais je vois plutôt cela comme un repli stratégique pour tenter de réussir au final.

Lorsque cela se produit, c’est que j’ai manqué d’attention et j’ai loupé un coup. Quand je le VOIS, je retourne en arrière pour jouer mieux. Comme dans la vie.

D’autres fois encore, je me lance des défis et je me fiche du chronomètre: avoir mon année de naissance comme résultat (ça ne m’est arrivé qu’une seule fois jusqu’à maintenant), un nombre impair ou pair, un certain chiffre comme résultat final… Bref, tous les défis sont bons! Peu importe que je complète ou non la série, je suis satisfaite.  Comme dans la vie!

Bonne nuit!

Rire, joie et santé

Linda

 

 

 

Le rire au travail: Un SUPER POUVOIR pour votre équipe

Aujourd’hui, je veux vous parler d’un sujet qui pourrait bien changer votre perspective sur le travail. Un outil puissant, souvent sous-estimé, que vous avez peut-être négligé dans votre boîte à outils professionnelle: le rire.

« Linda! Tu nous parles du rire? Quelle surprise! » me direz-vous!

Oui, vous avez bien lu ! Le rire a le pouvoir de transformer votre lieu de travail en un endroit plus positif, plus productif et plus connecté.

Tout ceci m’est confirmé par les clients avec qui je travaille. Après une conférence-atelier, les membres des équipes retrouvent la bonne humeur et repartent avec une énergie renouvelée et souriante. Les effets durent sur plusieurs semaines!

Allons-y

Plongeons dans les profondeurs du rire en milieu de travail pour découvrir comment il peut devenir le super pouvoir de votre équipe. (Et je vous mets une belle petite image qui bouge pour nous mettre dans l’ambiance! Vous devrez peut-être cliquer dessus pour la faire démarrer mais elle bouge c’est promis)

Adieu stress, Bonjour sourires

Le rire est le remède ultime contre le stress. Lorsque nous rions, notre corps libère des endorphines, ces petites hormones du bonheur qui nous font sentir géniaux, relaxes et détendus. Le résultat ? Moins de stress, moins de tension musculaire, et des sourires qui se multiplient. Essayez de transporter un objet lourd en riant aux éclats!  Notre corps est incapable de forcer à ce moment. Il se détend.

Une ambiance de travail rayonnante

Le rire apporte cette ambiance positive que nous recherchons tous au bureau. Des collègues qui rient ensemble créent une atmosphère chaleureuse et propice à la créativité. L’ambiance au travail est l’un des facteurs clés du bien-être des employés et de la productivité. Le rire a le pouvoir de transformer un bureau morne en un lieu dynamique et positif. Rire peut influencer positivement la culture de votre entreprise, renforcer l’esprit d’équipe et inspirer la créativité.

Renforcement des liens

Rire ensemble, c’est se rapprocher. Les moments de rire partagés renforcent les liens entre les membres de l’équipe. Que ce soit autour de la machine à café ou lors d’une sortie après le travail, le rire crée des souvenirs qui durent. Rire c’est le « ciment » des relations professionnelles. Et, on le sait. Les relations entre collègues sont au cœur de toute équipe performante. Le rire partagé favorise la communication, renforce la confiance et construit des relations professionnelles solides.

Le rire, carburant de la créativité

Le rire a le pouvoir de libérer notre créativité. Il nous permet de voir les choses sous un angle différent et de trouver des solutions innovantes aux défis professionnels. La créativité est au cœur de l’innovation, et le rire peut stimuler la créativité de manière inattendue. Rire encourage la pensée divergente, aide à trouver des solutions créatives aux défis professionnels et favorise l’innovation. Rire nous permet de « voir les choses autrement ».

Si on peut rire de toutes sortes de petites choses du quotidien – par exemple, rire de ses erreurs, rire du compte VISA, rire en se lavant les mains – on peut penser qu’en se permettant de rire, on se place « ailleurs » et nous trouvons plus rapidement des solutions aux problèmes rencontrés.

Plus d’efficacité, moins de temps perdu

Les équipes qui rient sont souvent plus efficaces et productives. Le rire aide à réduire les tensions, à améliorer la concentration, et à booster la performance au travail. Oui oui! Pensez juste à votre respiration qui change complètement lorsque vous riez. Vous amenez plus d’oxygène au corps et au cerveau. Un cerveau bien oxygéné fonctionne beaucoup mieux! Vous devenez aussi plus énergique.

La diplomatie du rire

Le rire est un excellent outil de gestion des conflits. Il désamorce les situations tendues et facilite la communication ouverte. Rire peut vraiment aider les équipes à résoudre les désaccords de manière constructive… et diplomatique! Essayez de rester fâché ou impatient que vous vous mettez à rire. IM POS SI BLE! Au revoir conflits!

Le rire, ami de la santé

En prime, le rire a d’innombrables bienfaits pour la santé. Il renforce notre système immunitaire, active le système parasympathique, stimule le système respiratoire, abaisse la tension artérielle, et chouchoute notre cœur.

Non mais, pensez-y! Non seulement c’est chouette de rire mais en plus, c’est vraiment excellent pour la santé physique! Un programme d’entraînement aérobique gratuit!

Qu’est-ce que vous attendez?

Alors, chers amis, pourquoi ne pas intégrer le rire à votre culture d’entreprise dès maintenant ? Cela peut être aussi simple que de partager une blague chaque matin, d’organiser des séances de brainstorming ludiques, de commencer vos réunions ou vos journées en faisant quelques exercices de yoga du rire (sans blague! Ça fonctionne vraiment et c’est contagieux!) ou de créer un coin détente où vous pourrez lâcher prise et rire ensemble (ou faire vos exercices de yoga du rire ensemble!). Allez. Je vous donne un exempleà faire avec moi ici.

Le rire est un super pouvoir que nous avons tous, alors, n’attendez plus. Libérez-le et faites-en un atout pour votre équipe.

Le rire n’est pas seulement bon pour la santé, il est aussi un véritable catalyseur pour renforcer vos liens, améliorer votre créativité, et dynamiser votre travail.

Et j’aime par dessus tout voir les yeux brillants des employés et membres des équipes après qu’ils ont fait l’expérience de cette méthode qui fera partie de leur boîte à outils professionnels au plus grand bonheur de tous! C’est juste trop formidable!

Alors, vous êtes prêts? C’est parti!

Et dites-moi comment le reste de votre journée s’est déroulé. Je suis certaine que vous aurez été plus souriant, plus créatif, plus collaborant et… plus heureux!  Oui oui!

Je le sais. Je le mets en pratique! hihihi!

Rire, joie et santé

Linda

P.S. Cliquez sur ce lien pour me Demander ce que je peux faire pour vous y aider! Que ce soit une conférence-atelier, un atelier régulier ou un programme Rire et Chocolat, je suis là pour vous!

P.P.S. Sentez-vous votre cape de super héros (ou super héRose) qui flotte dans le vent?! HAHAHAHA!  Elle est bien là!

Jeter l’éponge?

Je viens de lire quelque chose qui a éclairé quelque chose en moi. M’a donné espoir.

Lorsque vous avez envie de jeter l’éponge, je veux que vous vous souveniez de ceci :

Votre désir d’abandonner est une réaction temporaire et irréfléchie, alimentée par votre ego.

C’est une mauvaise journée ou une mauvaise semaine, pas une mauvaise vie.*

C’est TELLEMENT VRAI!

Ça vous est déjà arrivé aussi le genre de journée où rien ne va comme vous le souhaitez mais alors, vrrrrrraiment RIEN?  Un projet, une liste de choses à faire, des personnes à rencontrer, une tâche importante à terminer. Que sais-je!

Cette semaine, on dirait que les astres sont contre moi. (Je sais très bien que ça n’est pas possible qu’ils soient tous CONTRE moi! HAHA! c’est une image.)

Pffffffffffffff

Hier, à mon retour des studios télé où j’étais la toute première invitée pour la nouvelle émission de Claude Andréa Bonny (Tout Savoir), je me suis assise devant mon ordinateur avec la ferme intention de terminer la rédaction d’un document qui attend depuis longtemps d’être achevé. Je voulais le terminer avant la fin de la journée.

Hélas, j’avais oublié de placer mon téléphone au mode « ne pas déranger ». Alors oui. J’ai eu des appels – que je devais prendre. J’ai aussi placé des appels – à des personnes à qui je devais parler.

Ensuite, je me suis retrouvée à chercher un courriel mal placé parmi les centaines qui étaient restés dans la boîte de réception… et, vous savez ce que c’est! HAHAHA!  Tu cherches un message en particulier puis, tu en vois un qui demandait ton attention mais que tu as oublié de gérer. Alors tu t’en occupes « pendant que tu y es ».

De fil en aiguille, la matinée s’est terminée sans que j’aie même ouvert le document à achever!

« Pas grave, me direz-vous, il reste quand même tout l’après-midi« .

OUI MAIS…

Une certaine planète ne devait pas vouloir que je m’y mette car j’ai reçu par texto une demande urgente pour une cliente. Ça pressait car le comité de travail se rencontrait justement dans quelques heures alors j’avais avantage à répondre à toutes ses questions pour qu’elle ait en main toutes les données afin de faire approuver le projet de ma participation à leur « All-Staff ».

Une fois la rencontre avec elle terminée, j’ai dû aller sur ma plateforme de gestion de suivis en ligne. Et là, j’ai constaté que deux autres demandes attendaient une réponse.

Pour l’une d’entre elles, je voulais d’abord parler avec la personne embauchée pour faciliter les sessions de travail, histoire de vérifier vers quel moment mon programme s’insèrerait le mieux dans leur horaire et quel type d’intervention correspondrait le mieux à l’esprit de leur rencontre d’équipe.

Je connaissais cet animateur pour l’avoir croisé à plusieurs reprises dans le passé. Alors j’ai communiqué avec lui! Nous n’avions pas eu la chance de nous parler depuis fort longtemps alors nous avons quand même pris un minimum de temps pour nous dire bonjour!

Une fois les informations en main, j’ai donc pris le temps de préparer les propositions, de demander des précisions et d’envoyer les informations aux clients.

Et je retourne à mes courriels car, eh, je n’avais toujours pas retrouvé le message que je cherchais le matin! (je vous entends rire!)

Et la journée continue…le temps passe… et le temps passe…

Vers 16h45, j’ai fini par me dire que j’avais perdu vraiment beaucoup de temps et que la journée était magistralement ratée!

De toutes les tâches que j’avais l’intention de faire,  je ne pouvais en rayer AUCUNE de ma liste!

C’est frustrant. Et j’étais à la fois découragée (de moi) et déçue (de moi).

Ce que j’ai fait pour changer mon état d’esprit

J’ai ajouté deux petites choses qui ne me demandaient pas beaucoup d’énergie ni de temps à ma liste et je les ai faites tout de suite.

  • Envoyer un message de suivi à M.R.
  • Envoyer un message de suivi à P.H.

Et une qui avait été malgré tout accomplie tout au long de la journée.

  • Faire un petit ménage de mes courriels

J’ai coché ces trois choses et j’ai fermé le bureau pour la journée.  Basta. Ça ira mieux demain!

Ce matin, je lis la citation que vous voyez. Et je me sens mieux en la lisant (j’avais donc raison hier!  Ça va mieux aujourd’hui!)

Vous savez ce que je viens de faire?

Le rire des pleurs.

Oui oui!  Le rire des pleurs – bien senti!

D’ailleurs je vous invite à le faire avec moi. Parce que la situation ne changera pas. Je n’ai aucun contrôle sur ce qui se passe. J’ai du contrôle sur mon attitude.

Alors, ça va moins bien? Ça passera. Car tout passe.

C’est une mauvaise journée.

Une mauvaise semaine.

Pas une mauvaise vie!

Ça vous aide aussi de lire ceci?

De rien!

 

Rire, joie et santé

Linda

*: Merci Jill Celeste pour l’inspiration du matin!

N.B. Une des choses qu’on m’a apprise à l’université dans l’un des cours avec ma professeur préférée (Merci Nicole Bourget!) est que lorsqu’une personne répond « oui mais » c’est qu’elle dit en fait NON!  Vous le saviez?

P.S. Faut accepter que certains jours, notre cerveau refuse de fonctionner « normalement » parce que nous sommes préoccupés… c’est mon cas en ce moment.

Ce que j’ai appris au fil de mes années de yoga du rire

J’ai commencé à pratiquer le yoga du rire en 2003.  À ce moment, j’étais ce qu’on peut qualifier de gestionnaire sérieuse et stressée. Je ne suis pas certaine si les personnes qui travaillaient avec moi avaient cette perception car j’ai toujours été plutôt bon public et assez souriante.

Cependant, moi je considère que c’était ma réalité.  « Pressurisée » par les objectifs difficiles à atteindre, les deadlines serrés, la somme de travail requise…  Bref, une marmite sous pression continuelle.

Quand j’ai envoyé mon inscription pour le weekend de formation en mai 2003, je savais que j’allais vivre quelque chose de différent. Mais probablement pas à ce point!

Voici ce que j’ai appris

1. C’est moins difficile qu’on le croit de rire intentionnellement

Une fois que j’ai décidé de commencer à rire, que j’ai fait la motion physique de rire et que je sais que je dois rire pendant une minute au moins, je le fais. En plus, quand on rit en groupe, le simple fait d’entendre les autres, de les voir rire, de savoir qu’on est là justement pour ça – rire – a un effet de levier sur notre rire! Saviez-vous que nous avons un détecteur spécialement dédié au rire dans le cerveau?  Alors quand le détecteur détecte, devinez ce qui se passe!

Dans une séance de yoga du rire, nous commençons à rire tous en même temps, au signal de l’animateur. Quand il ou elle dit GO, nous y allons tous. Même lorsque je pratique seule, je m’entends rire et à chaque fois, je me surprends à penser que ça doit avoir l’air un peu ridicule de me voir rire toute seule comme ça et ÇA, ça me fait rire!

2. Certains exercices marchent mieux que d’autres

Je l’avoue. J’ai mes exercices préférés. Dans les séances que j’anime au club de rire, les mêmes personnes participent souvent chaque semaine. Je ne peux pas leur faire faire toujours la même routine. Alors je varie. Certains soirs, tous les exercices déclenchent mon rire rapidement. D’autres soirs, je regarde la liste que j’ai choisi de faire et je place une note de ne pas la reprendre dans le futur!  Bien sûr, je demande toujours au groupe s’ils ont aimé un nouvel exercice qui m’aurait moins plu. Si leur avis est favorable alors je le ramène pour eux. Mais pas pour moi! Le rire silencieux par exemple est un incontournable et il est terriblement efficace pour moi. Rire en silence fait appel à l’interdiction de rire!!!  Espiègle dites-vous?!

3. C’est définitivement un exercice d’aérobie

J’ai chaud, je suis essoufflée et mon visage est rouge! Ce n’est pas du jogging mais tout comme. C’est d’ailleurs une chose que je surveille quand je travaille avec un groupe. Comment sont les visages des participants. Le cœur bat plus rapidement, les poumons sont vivement sollicités… bref, « ça y va aux toasts » comme on le dit parfois au Québec! Ce qui signifie que c’est très énergique.  D’où l’importance de prendre le temps de bien respirer entre les exercices – ou pendant ma méditation du rire.

4. Je ris rarement aussi fort ni aussi longtemps au quotidien

Vrrrrrrrrrrrrrrrrraiment pas! Dans une séance de yoga du rire, je peux facilement rire pendant 20 minutes. Pas nécessairement d’affilé mais certainement 20 minutes au total. Au quotidien, mes éclats de rire ne durent que quelques secondes. Ici et là dans la journée. Et encore!  Ça c’est au cours des journées où je ne suis pas seule dans mon bureau ou que je suis particulièrement de bonne humeur. La plupart du temps, si je suis concentrée sur mon travail (que ce soit administratif, rédactionnel ou créatif), je ne sourirai même pas. Sauf bien sûr si je tiens une paille entre les dents. Je souris. Je ne ris pas. Donc une séance de yoga du rire, c’est formidable.

5. Je peux rire même quand je ne vais pas super bien

J’ai traversé toutes sortes de tempêtes personnelles au fil des 20 dernières années. Des deuils, des pertes d’emploi, des blessures physiques, des disputes… la même chose que tout le monde quoi. Je me souviens d’une soirée où je venais d’apprendre le décès d’une amie proche juste avant de partir pour le club de rire. J’ai pleuré en me rendant au centre communautaire puis, c’est comme si j’avais mis mon chagrin sur pause pendant l’heure de la séance. J’ai pu animer la rencontre et en retournant à ma voiture, j’ai recommencé à pleurer. Ce soir-là, j’ai constaté que pendant l’heure de la séance, pendant que je riais avec le groupe, je n’avais pas réfléchi, ni souffert de ma peine. J’avais été complètement dans l’instant présent avec les participants. La peine n’était pas disparue. Elle était juste « un peu à côté » pendant ces instants.

 

6. Je ne sens plus que je me force

Les gens me disent parfois qu’ils ne font pas la différence et ne savent pas si je ris « pour vrai » ou si je fais « comme si ». Et moi non plus! HAHAHA!  Je ne sens plus que je me force. Ça vient rapidement et ça reste si je décide de continuer. Je crois que ça doit être ça la capacité du corps à s’entraîner à faire quelque chose aisément et naturellement. Une fois que l’habitude est bien implantée, le corps réagi au premier signal de départ!  Un peu comme les fameux « chiens de Pavlov »!  C’est le meilleur conditionnement qu’on puisse souhaiter!

7. Après les séances, j’aime tout le monde

Ah ça c’est vrai. Je regarde les gens sur le trottoir et j’ai juste envie de les complimenter. Je les regarde et je les VOIS! Si je ressentais une certaine colère ou de l’impatience envers quelqu’un avant (Je suis normale! Ça m’arrive oui oui!), après la séance, ces sentiments n’y sont plus et ont fait place à l’ouverture et à la tolérance. Je ne dis pas que je pardonne tout par magie. Non. Ce qui se passe c’est que c’est mon cœur qui a pris la place. Pas juste ma tête. Remarquez comment vous regardez les personnes qui vous font rire. Ou celles qui vous entourent après un bon fou rire. C’est comme si on fait la belle place à… l’amour finalement! Moins de jugement et d’évaluation.

8. Rire me rend créative

Je dois faire un genre de bilan sur mes accomplissements des dernières 20 années et force m’est de reconnaître que rire me rend beaucoup plus créative! Bien sûr, je sais qu’en riant, j’active la partie gauche de mon cerveau, la partie reliée à l’imagination, l’amour, la créativité. Je crois que oui, le fait de rire stimule cette partie de mon cerveau. Par contre, je pense que tous ces exercices que j’ai créés en improvisant durant les séances à partir de ce que les participants partageaient avec moi, ça tient du JEU. J’ai certainement recommencé à jouer en pratiquant le yoga du rire. Parce que, rire est un jeu! Du moins, la manière dont nous démarrons les exercices, dont nous interprétons la réalité sous un jour plus ludique, c’est carrément une invitation au jeu. Qui dit jeu, dit créativité!

9. Je me fiche de ce que les autres pensent de moi quand j’anime une séance 

HAHAHA!  Je le sais que plusieurs doivent me regarder en pensant que je ne fais pas quelque chose de sérieux!  Que je suis peut-être même bizarre ou étrange ou… un peu folle! Je le sais parce que – je m’en confesse – c’est probablement ce que j’aurais pensé moi-même il y a 21 ans!  Pendant que j’anime une séance, je suis concentrée sur les participants. Sur leur teint, leurs visages, leurs sourires. Quand je suis avec un groupe, je les invite à commencer l’exercice tous en même temps et à me suivre. Personne ne peut juger qui que ce soit… sauf moi peut-être car je fais la démonstration avant de leur donner le GO.

Je SAIS à quel point ce que je leur fais faire est libérateur et bienfaisant. Alors ce que certains peuvent penser de moi? Je m’en fiche un peu!  L’important est de m’assurer que les choses soient bien faites pour un effet optimal. Je me trompe? J’en ris! Je ne dis pas le bon mot? J’en ris! Et croyez-moi, j’en fais des gaffes parfois! Je suis probablement le meilleur exemple pour RIRE DE SOI!

10. Tous sont beaux quand ils rient

Certainement. Je n’ai aucune hésitation à faire et énoncé! Les yeux brillent. Les joues sont plus roses. Une étincelle illumine le regard. Même les bouches édentées sont plus belles. Je lisais il y a longtemps que rire c’est bon pour le sex-appeal. Bon, je ne sais pas mais ce que je sais c’est que je n’ai jamais vu un visage sérieux être plus beau qu’un visage souriant. Si vous vous retenez de rire parce que vous n’aimez pas vos dents, n’arrêtez plus! On regarde les yeux quand on rit! En plus, c’est l’énergie que la personne dégage qui est ressentie. Une belle énergie positive, vibrante, aimante. Vous ne trouvez pas ça beau vous? HAHAHA!  Je pense comme vous.

 

 

C’est tout ça que j’ai appris… et encore plus! Parce que ma découverte principale, c’est que rire fait ressortir le meilleur en moi!

Vous riez avec moi vous voulez bien?

Rire, joie et santé

Linda

Mon TOP 10 des exercices de yoga du rire 1

Oui je l’avoue. J’ai des exercices préférés!

Parce qu’on a beau pratiquer et s’entraîner, mais j’ai définitivement mes chouchous parmi les centaines d’exercices possibles.

Certains déclenchent rapidement mon rire naturel alors que pour d’autres, je « pédale » plus fort et c’est clair que je fais la mécanique de l’exercice. Juste pour « me tenir aller » dans la motion.

Au fil des années, j’ai remarqué que certains exercices m’amusaient et me faisaient rire. Cependant, peu importe que je ris juste physiquement en me forçant un peu plus ou que je sente mon rire qui jailli de mon cœur, je me sens bien. L’action entraîne l’émotion de toute manière.

Souvent durant la partie pratique de mes conférences, j’entends des personnes qui disent « Ah celui-là je l’ai aimé! »

Imaginez-vous donc que moi aussi, j’ai mes préférés. Eh non! Je ne les aime pas tous! HAHAHA! Loin de là!  (Ceux qui viennent aux rencontres régulières du club de rire de Gatineau ont pu le constater au cours des 20 dernières années!)

Je vous partage aujourd’hui mon TOP 10 des exercices de yoga du rire. Vous me direz merci plus tard!

J’y vais dans le décompte.

Mes chouchous

10. Le rire de la sorcière – Je le trouve facile à faire celui-là et il m’amuse!  Se frotter les mains avec des mimiques faciales et rire comme une vilaine sorcière

9. Rire en se lavant les mains – Meilleure manière de combiner deux choses essentielles! Se laver les mains en riant pendant au moins 15 à 20 secondes.

8. Le rire de la soie mentale – on peut aussi le faire en passant la soie dentaire! Mais pour celui-ci, le fil on le passe entre nos oreilles pour éliminer les pensées qui pourraient causer des soucis.

7. Le rire du moteur froid – comme en plein hiver! Tourner la clé une fois, deux fois, et la troisième est la bonne car le rire est bien démarré.

6. Le rire du cocktail (ou du milk shake) – Mélanger le contenu imaginaire du verre dans la main droite avec le contenu du verre dans la main gauche. Puis l’inverse, de gauche à droite. Puis « boire » en riant.

5. Le rire des pleurs – Parfois c’est la seule solution pour me rappeler de changer ma perspective sur les événements. On plie le corps en « pleurant » et on se redresse en riant.

4. Le rire du cellulaire – Tellement pratique celui-là! Mettez votre appareil à « ne pas déranger » ou éteignez-le et faites comme si quelqu’un vous racontait quelque chose de très drôle.

3. Le rire de soi – Fait à tous les jours! Rire de ses erreurs avec l’index vers soi et rire de ses bons coups avec les pouces vers soi.

2. Le rire du lion – Mon artillerie lourde! Meilleur exercice pour détendre les mâchoires. Placer les mains de chaque côté de la tête avec les doigts un peu écartés. Ouvrir grand la bouche. Sortir la langue (vraiment sortie loin) et rire dans cette position pendant quelques secondes.

et enfin le numéro 1…

Roulement de tambour!

1. Le rire silencieux – Celui-là il me fait rire à tout coup!

Voilà!

Lesquels sont vos préférés?

Parmi tout l’arsenal des exercices créés à travers le monde, y en a-t-il un ou plusieurs qui déclenchent allègrement votre rire naturel en un clin d’oeil?

Avez-vous mis le très gros rire, le mini-rire, le rire du curling, le rire des oiseaux migrateurs, le lotus de rire, le rire de la tondeuse à gazon, le rire de la soupe brûlante, le rire de l’appréciation, le rire des doigts magiques…

Il y en a tellement!

Vous savez pourquoi il y en a autant?

Parce qu’on dit que lorsque nous rions, le côté droit du cerveau s’active. Oui! Le côté de la créativité et de l’imagination.

Donc, plus nous rions, plus nous trouvons des occasions de rire!

C’est tout vu!

Alors la prochaine fois que vous serez à court d’idées pour rire au cours de la journée, je vous invite à piocher dans cette liste. Ou à en choisir parmi ceux qui sont dans les vidéos. Mettez en pratique un, deux ou tous ces exercices et profitez des nombreux bienfaits du rire intentionnel.

Mon TOP 10, c’est sur le dessus de mon coffre à outils.

Quand ça va moins, j’en sors un ou plus et je les mets en pratique.  Ça m’aide assurément et je m’en porte beaucoup mieux. Mon entourage aussi d’ailleurs! HAHAHA!

Allez.

On le fait?

On le fait!

Rire, joie et santé

Linda

 

 

 

Comment faire quand ça ne me tente pas de rire?

Ah ça c’est une bonne question et je l’entends souvent.

Comment faire quand ça ne me tente pas de rire?

J’entends aussi souvent celle-ci: Quand ce n’est pas drôle, pourquoi je rirais?

Deux questions fréquentes, qui font toutes les deux référence à l’idée saugrenue de rire intentionnellement, mais un chouia différentes!

Allons-y avec la deuxième d’abord.

Quand ce n’est pas drôle (et ça arrive vrrrrrrrrrraiment très souvent), pourquoi je rirais?

Intuitivement, je pense que vous devinez ma réponse. Parce que c’est BON POUR NOUS! C’est d’abord bon pour notre santé physique (c’est rassurant de commencer par sa santé physique hahaha!) car, en riant, la plupart des systèmes de votre corps se mettent en action. Je parle bien sûr du système digestif, du système respiratoire, du système cardiaque, du système parasympathique, du système lymphatique, pour ne nommer que ceux-là.

  1. Le diaphragme qui s’active offrira un massage aux organes internes ET fera circuler la lymphe plus rapidement dans votre corps. Meilleure digestion et moins de toxines dans le corps.
  2. Votre respiration changera rapidement puisqu’en riant, nous expulsons l’air « pollué » qui reste dans nos poumons au quotidien du fait que notre respiration est habituellement courte et superficielle. Non seulement cet air « chargé » sort de notre corps mais, en inspirant profondément, nous amenons du nouvel oxygène au corps et au cerveau. Les chercheurs ont également pu constater une plus grande quantité de muqueuses et d’anticorps dans les voies respiratoires chez les rieurs. Et vous connaissez le rôle des anticorps! Meilleure oxygénation et Boost du système immunitaire.
  3. Notre cœur se met à battre plus rapidement. L’intérieur des artères se dilate et leurs parois s’assouplissent. Régularisation du flux sanguin.
  4. En respirant profondément, notre système nerveux se calme.
  5. Et après le rire, le système parasympathique entre en action. Il ralentit le rythme cardiaque et réduit la tension artérielle. Il stimule le tube digestif pour qu’il digère la nourriture et élimine les déchets. Les endorphines s’en donnent à coeur joie dans notre corps!
  6. Qui dit endorphines, dit aussi anti-douleur et anti-déprime naturels! Gratis!

Ce qui veut dire que nous sommes à la fois plus calme et plus énergique! Et surtout, en meilleure santé.

Ne serait-ce que pour les raisons physiques, je continue à rire intentionnellement. Je ne sais pas pour vous mais pour moi, je sais définitivement que même si rien n’est drôle, c’est très bon pour moi de rire. Que ce soit très drôle ou pas tant.

Alors arrivons à la première question.

Comment faire quand ça ne me tente pas de rire?

Depuis un moment, j’ai constaté que c’est justement quand ça ne me tente pas de rire que j’en ai le plus grand besoin!

Quand je suis très préoccupée par quelque chose qui affecte quelqu’un que j’aime. Si j’ai mis trop de choses à mon programme et que je manque de temps pour tout faire. Lorsque des parties de mon corps se manifestent avec de la douleur qui zappe un peu mon énergie. Chaque fois que je suis impatientée par des événements hors de mon contrôle. Bref, vous vous reconnaissez probablement aussi dans tout ça!

C’est justement dans ces cas-là que nous en avons le plus besoin!

Si vous observez les réactions de votre corps à ces moments, vous notez ceci:

  • Respiration courte et saccadée
  • Mouvements brusques
  • Peu de concentration
  • Émotions à fleur de peau
  • Énergie lourde et lente
  • Mâchoires serrées
  • Perte d’appétit (ou fringales non souhaitées!)
  • Insomnie
  • ZÉRO patience

Certaines personnes mentionnent qu’elles font de l’eczéma, de la diarrhée et des pertes de mémoire!  Bon. Vous voyez le topo?  Nous sommes loin d’être à notre meilleur dans ces moments!

Et si on s’entraînait?

Oui! Pourquoi ne nous entraînerions nous pas? Pour rire justement dans les moments neutres ou tourmentés. Ceux où nous en avons BESOIN mais n’avons pas ENVIE.

Un entraînement au rire.

Je vous entends penser… « Non mais, c’est ridicule tout ça! »

Je vous rappelle que vous vous êtes entraîné toute votre vie!  À faire toutes sortes de choses!  Vous brosser les dents après le repas, laver vos oreilles, mastiquer avant d’avaler les aliments, parler, marcher, choisir vos vêtements…  La liste est longue! Vous n’aviez pas pensé à cela comme ça n’est-ce pas? HAHAHA!  Et pourtant c’est le cas.

Alors ajoutons un nouvel entraînement à votre vie et vous verrez qu’après un temps, ça viendra presque tout seul!

Comment commencer à rire.

  1. Prenez une grande inspiration et souriez. (Le sourire est important ici)
  2. À l’expiration, dites à voix haute HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.
  3. Faites-le une autre fois mais cette fois-ci, dites deux HAAAAAAAAAAAAA HAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.
  4. Et une troisième fois en riant doucement. Juste un petit ricanement s’il le faut mais quelque chose de sonore.
  5. Continuez à rire et tenez bon pendant AU MOINS UNE MINUTE.  Puis une deuxième minute.  Et encore une.
  6. Essayez de continuer pendant 3 minutes au début. Au fil des jours (ou des essais), ajoutez des secondes ou des minutes. Jusqu’à rire pendant 5 minutes.
  7. Besoin d’un peu d’aide?  Regarder des vidéos et faites les exercices avec moi sur la chaîne YouTube de l’École du yoga du rire.

Vous verrez qu’avec un peu de patience et de persévérance, vous y arriverez aussi.

Ce n’est pas pour rien que j’ai adopté la phrase de William James, je l’ai constaté pour moi!

« Nous ne rions pas parce que nous sommes heureux. Nous sommes heureux parce que nous rions »

Tellement TELLEMENT TELLEMENT VRAI!

Plus nous rions intentionnellement au quotidien et plus ça devient facile… et plus c’est normal de rire plus souvent! Sinon de SOURIRE plus souvent.

Faut juste s’y mettre et ne pas lâcher. Persévérez! Même si vous trouvez ça ridicule, difficile ou trop « champ gauche » quand vous commencerez.

Rappelez-vous que vous ne saviez pas utiliser une brosse à dents quand vous avez commencé à vous entraîner! HAHAHAHA!

Fixez-vous un objectif. Le but ultime est de pouvoir bénéficier de tous les bienfaits du rire PEU IMPORTE CE QUI SE PRODUIT dans notre vie!

Mon exemple des dents est parfait car, même si vous revenez de chez votre dentiste et que vous avez subi une intervention quelque part sur une dent, vous allez tout de même vouloir brosser les autres dents dans votre bouche n’est-ce pas?

Même « combat »! HAHAHAHA!

Vous l’essayez?  Donnez-moi des nouvelles après quelques jours.

Ça m’intéresse! HAHAHA!

Rire, joie et santé

Linda