Des moments touchants avec des séniors

Vendredi dernier, j’ai eu le privilège de vivre des moments très touchants avec un groupe de séniors à Montréal.  Très touchants.

J’ai participé à un tournage pour le prochain film de Fernand Dansereau  – Le Vieil âge et l’Espérance.

Fernand, je l’ai rencontré en 2011 je crois, année où il tournait son film Le Vieil âge et le rire dans lequel le yoga du rire avait une petite partie. Cet homme-là, c’est le genre de personne qui nous honore de son amitié. Cinéaste, réalisateur, scénariste, on lui doit tellement de films, de séries télé!  Nombre des films auxquels Fernand Dansereau fut associé en tant que producteur ont remporté toute une kyrielle de prix nationaux et internationaux. D’ailleurs Le Vieil âge et le rire avait remporté le prix Coup de Coeur du Public aux Rendez-vous du cinéma québécois! Son oeuvre est tellement riche et abondante que je vous invite à regarder la liste sur Wikipédia!

Bref, vendredi dernier, j’étais avec un beau groupe de 10 séniors tous âgés entre 80 et… 98 ans. Les caméras, la perche et le micro nous intimidaient tous au début de l’atelier de yoga du rire. Mais au fur et à mesure que nous avancions dans l’exercice, plus je voyais les yeux pétiller de plaisir et moins nous étions dérangés par la technique. Il s’est produit quelque chose de formidable entre nous: une complicité de rire, de joie et de bonne humeur.

Attitude positive

Malgré le poids des années, les restrictions physiques et pertes cognitives, plusieurs participants à qui je demandais de laisser aller leurs soucis m’ont répondu: Je n’ai rien à laisser aller!  Tout va bien! Je n’ai pas de bobos. Je vais bien.

Cette attitude positive et sereine m’a beaucoup fait réfléchir alors que je rentrais vers Ottawa.

Si des séniors en hébergement de longue durée, âgés et même très âgés, en fauteuil roulant, en déambulateur me répondaient que tout allait bien, qu’est-ce que moi j’ai à me plaindre parfois?  Je vais où je veux, je mange ce que je veux, je vois qui je veux… Oui, j’ai des douleurs physiques occasionnelles. Oui j’ai des contrariétés. Mais moi aussi, Je-Vais-Bien!  Et Tout-Va-Bien! Ce serait donc un choix? Hum… Peut-être bien finalement! Comme me l’a enseigné Sonia DiMaulo au printemps, en surveillant mes paroles pour qu’elles restent positives, j’attire à moi plus de positivité!

Ces séniors vivant avec la maladie d’Alzheimer, avec des défis physiques sérieux… et n’étant plus « jeunes », je les voyais heureux et sereins. Après avoir expérimenté quelques exercices de yoga du rire adaptés à leur condition, je les voyais souriants, les joues roses, les yeux brillants.

Je pratique ce que j’enseigne?

J’étais un peu nerveuse à mon arrivée…  Ça n’est jamais gagné d’avance lorsque je travaille avec les groupes. Vont-ils aimer ce que je leur propose?  Réussiront-ils à dépasser la gêne première pour se laisser aller à rire… de rien? Comment réagiront-ils?  Et vendredi dernier, j’avais un petit stress supplémentaire à cause de l’équipe technique qui allait épier mes gestes et capter des images pour le film de Fernand. Je le dis souvent lorsque je forme des animateurs ou de professeurs, l’attention ne doit pas être sur nous mais bien sur les gens qui sont avec nous lorsque nous animons un atelier. Pour cette raison, je peux rire de moi parce que ça m’aura peut-être pris un gros 5 minutes à cesser de me demander si mes cheveux étaient ok pour la caméra, si j’allais réussir à faire participer ces personnes, si j’allais être « assez bonne »! hahahaha!  – oui oui!  je ris de moi!!

Mes leçons.

Finalement, je retiens de cet exercice les choses suivantes:

  • Fais de ton mieux et oublie le reste… ça ne t’appartient pas – Apprendre à lâcher-prise.
  • Quand on DÉCIDE de prendre les choses avec positivité, elles le deviennent – positives.
  • L’âge est un drôle de concept…  avoir 98 ans et en paraître 80 c’est possible!
  • Après un moment, si nous sommes occupés, nous cessons de voir les éléments dérangeants – Concentre-toi sur ce qui compte.
  • On peut faire des tas de choses importantes ou amusantes peu importe son âge – Merci Fernand de me le montrer si bellement
  • Même si nous oublions parfois, notre cœur d’enfant n’est jamais loin – Les yeux espiègles en témoignaient
  • Les bonnes vieilles chansons d’antan, ça reste en nous – Je les ai vu fredonner avec Doris Day
  • Et comme le dit la chanson préférée de ma grand-maman Éva, le cœur ne vieillit pas! – Malgré les rides!

Fernand Dansereau, je suis honorée de votre présence dans ma vie!  Merci de me permettre des choses aussi belles et extraordinaires!

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez pas les billets de Linda en vous abonnant! Courriel Abonnez-moi