Voyage dans le passé… ça donne des émotions!

Ouf! je voyage dans le passé depuis trois jours.
En faisant le tour de mes archives, autant les documents que les photos. Je revois des choses qui me font plaisir. Des choses qui me font rire. D’autres qui me rendent mélancolique. Et d’autres encore qui me font pleurer. Tout ça est nécessaire!
Mon observation du moment est que nous avons une mémoire sélective bien souvent. Nous ne nous rappelons pas de tout ce que nous accomplissons et qui nous rend fier, ni des échecs, revers, chagrins d’amour ou d’amitié. Et pourtant, c’est vraiment important.
Je faisais récemment un parcours de psychologie positive avec William Herremy et j’essayais de me souvenir de mes rêves d’enfant. J’aurais dû faire le ménage de mes boîtes avant de faire cet exercice!
Une constante dans ma vie: sourire, faire rire et rire! Je le lisais dans les écrits, je le vois sur les photos.
À toi qui lis ceci, je t’encourage à faire un tri et un ménage dans tes souvenirs MAINTENANT!
Pourquoi maintenant? Parce que nous sommes en plein dans un moment qui, je crois, y est propice. Nos repères ordinairement présents ne sont pas là. Nous n’avons pas les mêmes activités, ne faisons pas les mêmes voyages, n’avons pas les mêmes contacts humains.
Alors c’est une belle occasion de visiter notre passé. De voir ce qui nous a construit. D’évacuer ce qui n’a pas besoin de rester (#libérer était l’intention de la semaine pour le #hahasisterhood)). De mettre en valeur ce qui mérite de l’être. De célébrer les accomplissements, les épreuves réussies et dépassées, les belles et bonnes personnes qui nous entourent depuis notre naissance.
Oui, ça peut être difficile de voir que le temps qui passe si vite nous a enlevé des personnes chères (trop vite parfois). Mais c’est aussi une joie de les saluer où qu’elles soient, de leur parler quelques minutes, de leur rappeler qu’elles ont mis une belle couleur dans notre vie pendant leur passage terrestre.
Pleurer c’est aussi libérateur que rire! (Faudrait que je fouille la littérature pour vérifier si notre corps sécrète des endorphines lorsque nous sanglotons… )
De 4 boîtes d’archives, je pense bien n’en garder que deux. De 8 boîtes de photos (c’est ça quand tu étais photographe professionnelle dans une ancienne vie!), je n’en garderai qu’une seule plus grande.
Je pense que de faire le tour de sa vie de temps en temps, c’est pas si mal pour le moral! Surtout quand on conserve ce qui nous fait du bien! Les petits mots doux, les cartes dessinées (mon zami!), les ouvrages que nous avons réalisés, les photos de moments marquants et des personnes côtoyées, aimées ou importantes à différentes époques de notre vie.
Ça peut être lourd de faire remonter tous ces souvenirs (J’ai beaucoup d’images dans la tête depuis deux jours) et en même temps, c’est formidablement bienfaisant!
Je ne voudrais surtout pas effacer tous ces souvenirs qui font de moi la femme que je suis!
Toi qui lis ceci, tu as fait cette démarche pendant le confinement? Dis-moi ce que tu as ressenti et comment ça s’est passé.
Gardons le sourire!
Linda, ta HAHA Sister
P.S. mes bottins du Laflèche sont parmi les choses ce que je conserve!
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.