Articles

Et si on se faisait un câlin pour diminuer notre anxiété?

Oui!  Et si on se faisait un self-câlin?

La plupart d’entre nous souffrons à l’occasion d’anxiété. Du moins, nous souffrons de stress élevé. Les experts s’accordent pour dire que le stress chronique causerait de nombreux problèmes incluant l’insomnie, la dépression, l’épuisement… et des maladies très graves.

Et en ce moment, alors que tout notre monde semble péricliter, que nos repères habituels ont disparus, bonjour STRESS ET ANXIÉTÉ! Pour plusieurs, le sentiment de sécurité que nous ressentions peut s’être envolé.

Cependant, nous pouvons faire certains exercices simples et pratiques qui existent depuis fort longtemps et qui aideraient à diminuer ou même à éliminer cette anxiété.

J’ai découvert un exercice qui peut être pratiqué en tout temps lorsque l’anxiété pointe le bout de son nez. On suggère également de le pratiquer chaque jour pour aider à augmenter notre sécurité intérieure au quotidien. Il aide grandement à se sentir ancré mais aussi plus équilibré tant physiquement, que mentalement et émotionnellement.

Il s’agit d’un exercice de « self-câlin » qui est dérivé d’une technique développée par un expert en trauma et en stress, le Dr. Peter Levine.  J’ai fait une vidéo ici pour démontrer comment ça se passe. Cliquez sur le lien pour le faire avec moi.

Comment faire l’exercice du self-câlin

Avant de débuter l’exercice, j’aimerais que vous pensiez à votre corps comme à un contenant, pas seulement pour vos organes et systèmes physiques mais aussi pour vos émotions. Tout ça est dans notre corps. Gardez en tête que si vous ressentez de l’anxiété, c’est que votre « système » ne se sent pas en sécurité. Donc nous visons à entretenir des sensations de sécurité en nous grâce au « self-câlin ». Nous dominons ainsi les émotions débordantes comme l’anxiété.

Vous pouvez faire l’exercice debout ou assis.

  • Placez votre main droite sous le bras gauche, juste sous l’aisselle.
  • Placez ensuite votre main gauche sur votre épaule droite.
  • Sentez l’étreinte affectueuse que vous vous donnez.
  • Inspirez lentement en comptant jusqu’à quatre et expirez en comptant jusqu’à sept.
  • Notez les sensations dans votre corps.
  • Comment vous sentez-vous?

Vous pouvez continuer à respirer lentement et profondément, ou encore normalement. Restez dans cette position aussi longtemps que vous en ressentez le besoin, jusqu’à ce que vous vous sentiez calme et plus détendu. Ça peut prendre 30 secondes ou plusieurs minutes. L’idée est de rester présent à nos sensations et à nos émotions. Sans les juger.

Vous portez attention, vous respirez, vous relaxez et vous vous donnez une grosse dose d’amour. Tout ça aide à calmer votre système nerveux.

C’est une autre belle technique qui fonctionne tout en douceur.

Bon, évidemment, rire opère aussi des petits miracles dans le corps!  Vous n’avez pas à m’en convaincre et si vous ne l’avez pas encore expérimenté, je vous invite à rire deux ou trois minutes de manière intentionnelle et énergique. Puis, observez le calme qui s’installe dans votre corps et dans votre esprit. Besoin d’un petit coup de pouce? Faites les exercices avec moi ici

Alors la prochaine fois que vous sentirez l’anxiété monter en vous, que votre niveau de stress sera trop élevé, donnez-vous un beau câlin d’amour… et riez!

Ça marche vraiment bien!

Rire, joie et santé

Linda

Et quand la vie ne nous aide pas à rire…

Justement. Quand la vie ne nous aide pas à rire, que faisons-nous?

Je suis certaine que vous comprendrez ce que je veux dire quand je parle de se faire jeter au tapis par des événements. Parfois, c’est bien difficile de simplement sourire. Alors ne nous parlez pas de rire!

Et pourtant, ce petit truc fort simple vous permettra de respirer, de prendre une certaine distance par rapport à la situation. Et en prenant un peu de recul, c’est plus facile de voir les choses autrement.  De prendre une grande respiration et de « pseudo-rire » vous permettra, comme à moi, de ne pas vous jeter à deux pieds dans la panique, le découragement, la colère…

C’est tout simple mais c’est formidablement efficace!

Essayez!

Et ça, c’est un fait!

Rire, joie et santé

Votre Sister de Rire, Linda

Quand j’ai les bleus… Garder espoir

Quand j’ai les bleus bébé, quand j’ai les bleus…  Vous vous souvenez de cette chanson de Pauline Julien qui nous disait qu’elle croquait des petites pilules pour se remonter le moral et voir les choses autrement?   Ouais… plusieurs n’ont pas le choix et doivent se soigner avec la médecine traditionnelle pour retrouver un peu d’espoir.

Moi j’ai choisi une autre option.

Ce n’est pas que la médecine traditionnelle soit mauvaise mais, j’ai la chance d’avoir plusieurs outils dans mon coffre pour les jours où le soleil est derrière les nuages.

Parce que, vous savez, c’est exactement ce qui se passe. Les nuages obstruent momentanément la lumière éclatante du soleil. Oui!  Je le sais pour l’avoir vu alors que j’étais, adolescente, en colonie de vacances.

Nous avions gravi une montagne au coucher du soleil et devions passer la nuit sur le sommet à dormir à la belle étoile. Toute la nuit, à tour de rôle, des personnes devaient rester éveillées pour s’assurer que le feu de camp reste bien allumé pour éloigner les animaux « indésirables » et nous permettre de cuisiner un petit déjeuner chaud. Surprise au petit matin!  Tout le monde dormait et le feu s’était éteint.

Ce sont les chauds rayons de soleil qui nous ont tirées du sommeil très tôt. Tentée de maugréer à cause de ce réveil hâtif, je me préparais à remonter mon sac de couchage par dessus mon visage quand j’ai été saisie par la beauté de ce que je voyais. Nous avions le soleil éclatant dans les yeux, oui mais, juste à quelques mètres en dessous de nous se trouvait une ligne d’épais nuages blancs et floconneux. C’était comme si nous nous trouvions sur le sommet du monde!  Des nuages à perte de vue, le sommet de la montagne, le soleil et nous!  C’était magique! Rien d’autre n’existait! La ligne d’horizon était blanche et lointaine with https://findfucker.com/.

Comme nous devions redescendre pour être à un point de rencontre à midi, nous avons toutes savouré cet instant et enregistré ces images avant d’entreprendre la descente.

Plus nous descendions, plus nous étions dans les nuages qui se liquéfiaient! Une forte pluie tombait au bas de la montagne. Mes comparses et moi n’avons pu faire autrement que de nous en émerveiller car nous SAVIONS pour l’avoir vu, qu’au dessus des nuages, le soleil brille de manière éclatante! Même si on ne le voyait pas! Même s’il tombait des chaudières d’eau sur nous, en haut de tout ça, il faisait un temps magnifique…

Cette excursion m’a donné une grande leçon de vie. Je n’avais pas 15 ans et je m’en souviens comme si c’était hier. J’y repense avec le même émerveillement.

Chaque fois que j’ai l’impression que  j’avance sous un déluge de tracas, de soucis, d’embuches et de défis, quand ma vie devient « lourde » et que les événements me dépriment, je SAIS que si je me place ailleurs, comme cette journée qui m’a donné la foi que le soleil brille toujours là-haut, je serai en mesure de garder espoir et de continuer à avancer (ou à attendre patiemment pendant un moment). Je SAIS que ça ne fait que passer et que les choses iront éventuellement mieux. Tout est question de perspective. Où je suis présentement, c’est la crise et les emmerdes! Mais si je grimpe la montagne, si je dépasse les nuages de pluie, je verrai de nouveau le soleil!

Aujourd’hui, c’était une journée un peu comme ça. Le temps extérieur est lourd et gris. Mon temps intérieur est un peu mélancolique et j’aurais tendance à vouloir me prendre dans mes bras, me bercer et pleurer doucement… Rien de grave. Juste comme ça pour toutes sortes de raisons… qui passeront.  Ce n’est pas que je nie que j’ai les blues. Ni que je cherche à en sortir plus vite and check More at oldigor.com. Je regarde ce qui est, je respire, je remercie de pouvoir en être consciente et je souris simplement.  Le soleil continue de briller au dessus du nuage qui passe. Et puis, c’est excellent la pluie!  c’est nécessaire pour la vie!

Avez-vous déjà vécu quelque chose de semblable? Ça vous aide à garder espoir vous aussi?  Dites-moi… ça m’intéresse beaucoup.

Rire, joie et santé

Linda

P.S. j’ai la chance de faire partie d’un groupe formidable de femmes extraordinaires et généreuses. Le HAHA Sisterhood. Par bonheur, notre rencontre hebdomadaire était justement ce midi! Devinez si je me suis sentie mieux après avoir partagé et avoir ri avec elles!  Vous êtes une femme (ou vous en connaissez une!) et vous avez envie de contacts signifiants et inspirants?  Cette communauté est pour vous!  Venez nous rejoindre sur Facebook – groupe privé et réservé aux femmes (désolée pour les messieurs que nous aimons)

 

Portfolio Items